MODIFICATIONS DES NOTES DES ÉLÈVES

 

Comme vous le savez tous bien, depuis des années, la FSE et la CSQ dénoncent la gestion axée sur les résultats et les dérives qui en découlent en matière d’évaluation des apprentissages. En effet, depuis son introduction au tournant des années 2000, nous avons fait d’innombrables représentations, mémoires, avis, communiqués, sondages, commissions parlementaires et entrevues pour dénoncer l’atteinte à tout prix des cibles chiffrées et les dérives qui y sont associées.

Depuis le début de l’année seulement, nous avons fait une offensive en commission parlementaire lors de l’adoption du projet de loi no 105, et nous avons été très présents lors de toutes les consultations régionales et celle nationale pour la réussite éducative afin d’y dénoncer la pression exercée sur le personnel enseignant. Nous avons aussi dévoilé les dérives associées aux « écoles efficaces » dans certaines commissions scolaires. Nos interventions ont d’ailleurs mené le ministre à dénoncer publiquement certaines de ces pratiques.

Depuis un mois, la FSE, l’APEQ et la FAE ont fait monter la pression sur le ministre pour faire toute la lumière sur cette question. Nous venons de franchir une nouvelle étape avec l’émission d’une directive pour faire cesser les modifications des notes dans le but d’atteindre des cibles de réussite. Ainsi, vous trouverez ci-joint copie du communiqué de presse du ministre Sébastien Proulx de même que la directive qu’il a émise à cet effet.

Nous saluons cette reconnaissance d’une partie de la problématique, mais nous nous interrogeons fortement sur les moyens qui seront mis en œuvre pour en assurer l’application concrète sur le terrain. Cette directive renvoie au cadre juridique existant et à des responsabilités partagées en matière d’évaluation, ce qui est loin de régler le problème.

Le dossier ne doit donc pas s’arrêter à cette directive. Cette dernière ne doit pas être qu’une manœuvre politique pour tenter de rassurer la population sans rien changer à ce que nous vivons. Une rencontre avec le ministre a été demandée la semaine dernière pour discuter du dossier et de ses suites. Nous espérons que des précisions viendront, notamment sur les mécanismes de dénonciation évoqués. De notre côté, nous sommes à faire une analyse plus fine de la portée de cette directive sur l’évaluation des apprentissages.

Nous vous tiendrons informés des développements à cet effet.

 

Meilleures salutations,

Josée Scalabrini, présidente FSE

Sylvie Théberge, vice-présidente FSE

Fanny Lamache, conseillère FSE

Sébastien Bouchard, conseiller FSE

 

Retour aux publications